14 mars 2000

Erika: le scandale

Nous l'indiquions dans notre précédente édition, le pétrole qui s'est échappé de l'Erika est cancérogène. C'est maintenant officiel. Le Télégramme revient sur les analyses de l'INERIS et la toxicité du pétrole, tandis que le Ministère de l'Environnement s'obstine à minimiser les faits. Il convient de souligner une fois de plus les liens capitalistiques qui lient le CEDRE aux compagnies pétrolières (prise de participation et financement via l'IFP) et les relations intimes existant entre les autorités de régulation et les pétroliers, qui sont autant d'écrans de fumée sur la sincérité des déclarations officielles. Ainsi, le CEDRE se contente de publier un rapport extrêmement technique et bavard, qui souligne néanmoins que des risques importants à long terme sont à prévoir.

Les faits sont néanmoins là, et de l'aveu même de l'INERIS, le pétrole transporté par le tanker maltais contient 904 parties par million (ppm) d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), tandis qu'un produit est considéré cancérigène selon les critères de l'Union Européenne à partir de 50 ppm.

Total continuant la pratique la politique de l'autruche en se contentant de faire le gros dos, pourquoi ne pas se constituer en pouvoir d'intervention éthique et relayer l'initiative de Radiophare qui prévoit via Total Report, de publier un rapport d'audit éthique sur la société, suivant la pratique américaine du Stakeholders' report, visant à décourager les investisseur de souscrire un titre au passif écologique si important. Par ailleurs, nous ne saurions trop recommander aux bénévoles de se faire recenser sur MaréeNoire.com et de porter plainte dès maintenant contre le groupe Total pour mise en danger de la vie d'autrui.

Transredes Total, même combat

En Bolivie, l'oléoduc Sica-Sica Arica, appartenant à la société Transredes, s'est rompu le 30 janvier, déversant son fuel dans la rivière Desaguadero. Cette société, qui mit 32 heures à fermer l'oléoduc, n'a pas prévenu les populations irriguées par le Desaguadero, laissant le pétrole se répandre dans les canaux d'irrigation et polluer les cultures. Par ailleurs, la société a systématiquement menti à la population locale en minimisant les quantités répandues et en niant les risques. Cela ne vous rappelle rien ? C'était le 30 janvier 2000 en Bolivie. Les risques de famine et de maladie aidant dans cette région particulièrement pauvre, on aura l'occasion d'en entendre parler à nouveau. Red Alter Petrolera (email).

La pollution empêche la pluie de tomber

Daniel Rosenfeld, de l'Université hébraïque de Jérusalem, a découvert que la pollution affecte les précipitations. L'étude, qui porte sur des relevés satellitaires au-dessus de l'Australie, du Canada et de la Turquie, a étudié les nuages porteurs de trainées de poussière de sources de pollution connue (routière, industrielle,...) , et découvert que ceux-ci ne génèrent presque pas de pluie.

Le phénomène physique est le suivant: dans les nuages pollués, les corps étrangers sont si nombreux qu'ils empêchent les gouttelettes de se fédérer en gouttes (tension superficielle perturbée par la présence de ces corps étranger). A lire dans Science (abonnement requis), condensé en français sur CyberScience.

Dernières nouvelles de l'Internet

La Commission Européenne a lancé une consultation publique sur l'opportunité de créer des domaines en .eu. A lire sur le site de la DG XIII. Notons également l'initative d'Anna Diamantopoulos (commissaire européenne pour l'Emploi et les Affaires Sociales), pour promouvoir l'emploi dans la "nouvelle économie cognitive".

Un pas de plus vers la démocratie réticulaire: l'association de Veille Européenne et Citoyenne sur les Autoroutes de l'Information et le Multimédia (VECAM) vient de publier un rapport d'étape sur l'appropriation d'Internet par les municipalités: des sites et expérimentations ont été menées, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Justement, la Ville d'Issy-les-Moulineaux organise les 15 et 16 mars le "Forum mondial de la démocratie électronique".

Butinages

Une livrée focalisée sur le droit. Droit des technologies tout d'abord, avec Droit-technologie.org, un site sur les aspects juridiques d'Internet. Droit des jeunes également, un site ministériel au nom évocateur, qui complète J ai le droit, un site sur le droit des enfants.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT