2 mai 2000

Des pressions exercées sur l'auteur de ce site n'ont pas permis la publication de nos brèves du 18 avril. Nous prions nos lecteurs de nous en excuser et réaffirmons notre volonté de contribuer à la liberté d'expression et à la transparence de l'information. Merci de votre soutien.

TotalFina: la catastrophe, le cynisme et la socialisation des pertes

Avec l'arrivée de l'été et les vacanciers qui désertent la Bretagne, commence à se profiler l'ampleur de la catastrophe écologique, économique et humaine provoquée par l'Erika. Libération soulignait le 20 avril les risques d'allergie encourrus par les plaisanciers, en particulier les enfants en classe mer, et le quasi chômage-technique qui guette les écoles de voile. Alors que les résultats des prélèvements d'eau sont encore tenus secrets par la DDASS, il convient de réitérer les consignes de prudences: ne pas marcher sur le sable pieds nus ou mal protégés, ne se baigner que lorsque la surface de l'eau n'est pas irisée, et nettoyer les éventuelles zones atteintes avec de l'huile de cuisine. Que de joies en perspective: merci Total !

Quid des réparations apportées par le pétrolier ? D'un montant global extrèmement faible eu égard aux 10 milliards de dégâts subis par la côte atlantique, elles ne sont reversées qu'aux communes non décidées à effectuer tout recours ultérieur contre la compagnie. De nombreux centres de vacances ou écoles de voiles de Bretagne Sud et du littoral atlantique n'ont pu ouvrir, ont différé l'emploi de personnel ou doivent faire face à une situation critique suite à cette pollution.

Malgré leur manque total de sens civique et leur volonté de socialiser (i.e. faire payer par l'Etat) les pertes générées par la catastrophe, TotalFina ose communiquer sur les actions de nettoyage, dont la technologie de son matériel de pontage, et présente comme un geste d'extrême bonne volonté les 400 millions mis dans l'opération. A lire dans Libération, avec le recul qui s'impose. Notons que le pétrole ne sera totalement pompé qu'en août dans le meilleur des cas, restant une épée de Damoclès sur les côtes et les estivants durant tout l'été.

On a pu constater le ton mesuré, voire la complaisance, employé par la presse française au sujet de cette catastrophe. Peut-être ce ton n'est-il pas étranger au fait que le groupe TotalFina, sous ses différentes enseignes, est l'un des premiers annonceurs de la presse en France (budgets disponibles sur CBNews) ?

Une voie de rage se fait entendre dans le désert, c'est celle de Gilles Servat qui, avec sa nouvelle chanson Erika, Erika, "ne reviendra plus chez son affrêteur par hasard". Entendons-le, et décrivons un cercle autour de tous les produits de cette société.

"Accepter sans broncher la pollution de l'Erika nous prépare à avoir honte de la planète que nous léguerons à nos enfants" (Penseur anonyme englué, mai 2000)

Vers le développement durable

La performance d'une entreprise ne se mesure plus uniquement en termes économiques, mais également en performance écologique et sociale: telles est la raison d'être de la Global Reporting Initiative. Cette association, qui audite déjà de très grands groupes, dont Ford et Procter&Gamble, vient de définir des indicateurs standardisés de développement durable, publiés en juin 2000 (certaines parties sont déjà disponibles sur le site).

Par ailleurs, Natural Capitalism: creating the next Industrial Revolution, de Ms. Hawken, Lovins et Hunter Lovins, les créateurs de la théorie du développement durable, vient de sortir. Un ouvrage de référence, visant à valoriser et à protéger les services rendus par les écosystèmes naturels, dont la valeur économique justifie leur préservation par l'Homme. S'appuyant sur des exemples tirés de l'industrie américaine (automobile, bâtiment,...), les auteurs détaillent les étapes de la transition à venir vers le modèle industriel du développement durable et les indicateurs de succès à scruter.

OGM: l'Europe se protège peu, les USA restreignent les cultures

L'Assemblée Européenne a voté le 12 avril un texte sur la dissémination des organismes génétiquement modifiés (OGM), qui simplifie les demandes d'autorisation des OGM mais réclame une traçabilité accrue. A lire dans Libération. On regrettera que la responsabilité civile totale des producteurs sur les dommages écologiques potentiels n'est été approuvée, mais applaudira l'accent mis sur le contrôle et la signalisation des OGM. Ce texte est encore en délibéré, et devra être validé par le Conseil.

La Food and Drug Administration américaine a menée une étude début 2000 sur les surfaces cultivées en OGM aux Etats-Unis, dont les résultats sont les suivants:

% de terrain cultivé en OGM

2000

1999

Coton

48

55

Mais

19

25

Soja

52

57

Où l'on voit un recul des surfaces cultivées en transgénique, malgré l'expansion de la taille globale cultivée.

Chasse, Pêche, et agression

Vincent Peillon, député socialiste de la Somme, a été agressé le 22 avril par quelques dizaines de chasseurs. Le Monde, qui relate l'évènement, dénonce les manipulations orchestrées par l'Association Nationale des chasseurs de gibier d'eau et CNPT, qui n'en sont pas à leurs premières violences. Rappelons que leurs responsables avaient conjointement appelé le 15 janvier à la "mort politique" des députés soutenant le projet de loi sur la chasse. Intimidations et violences physique ne sont donc que des signes précurseurs.

Butinages

Time Magazine a publié le 22 avril un hors-série "How to save the Earth", qui dresse un bilan environnemental de la planète et présente quelques solutions pour enrayer l'altération de la planète. A lire et à archiver pour références futures.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT