23 mai 2000

Erika, la marée noire de trop

Depuis le début du mois, un collectif d'ONG, à l'initiative notamment d'ATTAC, de la Ligue des Droits de l'Homme et du WWF, ont lancé une campagne demandant le renforcement des lois maritimes européennes, au moins égal à celui qui suivit aux USA la catastrophe de l'Exxon Valdez. A lire sur le site Maréenoire.org. Cette campagne se manifeste notamment par la diffusion de cartes postales préimprimées destiné à Lionel Jospin, pour l'inviter à prendre des initiatives majeures en ce sens au cours de la présidence française de l'Europe.

"Accepter sans broncher la pollution de l'Erika nous prépare à avoir honte de la planète que nous léguerons à nos enfants" (Penseur anonyme englué, mai 2000)

Total: la barque est définitivement très chargée

Outre le scandale de l'Erika qui entâche irrémédiablement son image, Total s'englue dans son soutien à la dictature Birmane. Après avoir échappé, grâce à la diplomatie française, au procès des pétroliers soutien de la junte Birmane Slorc qui s'est tenue, le groupe a accueilli dans l'indifférence le documentaire diffusé sur Canal + le 11 avril. A lire dans Don Quichotte.

OGM: les consommateurs réticents

Selon le Wall Street Journal, Mac Donald's a décidé de bannir l'utilisation de pommes de terres transgéniques. Cette décision fait suite à une campagne lancée par le Natural Ressources Defense Council demandant le renforcement de la législation sur les OGM.

Par ailleurs, le saumon transgénique male, pourtant garanti par son "fabricant" Protein Inc comme stérile, attire selon une récente étude de la Purdue University, 4 fois plus de femelles que les saumons classique et monopolise leur capacité de reproduction pour des bébés saumon non viables, pouvant conduire par sa seule introduction dans la nature à une raréfaction du cheptel mondial. Ainsi, la Scottish Salmon Quality Authority, qui représente les producteurs de saumon britannique, a déclaré son hostilité à toute introduction de saumons transgéniques sur l'île. A lire dans The Guardian du 22 avril.

Développement durable: la pensée et l'action

La pensée, c'est celle de Jeremy Rifkins, qui vient de sortir un nouvel ouvrage, "The Age of Access", sur la net-économie. Cet ouvrage insiste sur la perspective réticulaire qui tend à transformer les comportements humains en actes commerciaux, et détaille le concept de valeur d'existence (Lifetime value, LTV), permettant de valoriser le bénéfice de la "possession" d'un client. Où l'entreprise étendue pourrait se transformer en consommateur étendu, voire en citoyen étendu si l'on sait définir à temps les barrières éthiques et sociales.

L'action, c'est celle du groupe BP, résolument engagé sur la voie du développement durable, qui s'engage à devenir le fournisseur des énergies propres, et a lancé un programme de rénovation de ses stations comprenant l'installation dès que possible d'installations solaires et de dispositifs de récupération des vapeurs d'essence. Le groupe revoit également ses investissements pour priviligier l'exploitation socialement et écologiquement responsable.

Nous ne serons pas les derniers des cons

Tel est le slogan retenu par les Sans Nous pour la manifestation du 13 mai 2000 à Paris. Ce collectif demande l'abolition du service national dès maintenant. En effet, sur les 300 000 jeunes nés avant 1979, seuls 122 000 seront effectivement appelés sous les drapeaux. La suppression pure et simple du service et la libération des sursitaires permettrait de cesser cette loterie et le jeu des passe-droits qui l'accompagne. A lire dans Libération.

Butinages

Vous avez l'heure ? Allez la chercher sur Swatch.com, le premier site qui vous fournit une montre internet. Jolie initiative de l'horloger suisse (physique et réticulaire).

Construit ton Europe, telle est l'initiative lancée par Viviane Reding, commissaire chargé de l'Education et de la Culture. A voir sur MyEurope.eun.org.

Des invités ce soir ? Pas de panique, il suffit d'aller à la Boite à Recettes pour trouver son bonheur.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT