27 février 2001

Brutalité et bétise érigées en valeurs

Cette semaine a été particulièrement prolixe en brutalité stupide. Après l'attaque de Lionel Jospin par des agriculteurs extrémistes qui l'a conduit à ne pouvoir se rendre à Dôle, voilà que des manifestations de chasseurs dans certaines villes de France tiennent lieu d'avis à la population. Quoique mus par des motivations assez éloignées, ces deux événements se caractérisent par une violence brutale et une absence totale de discernement. Notons que ces manifestations n'ont à aucun moment été dénoncées, ni par la FNSEA, ni par le CNPT.

D'un côté (l'attaque de Lionel Jospin au Salon de l'Agriculture), la colère de ces agriculteurs productivistes, ayant assis leur activité sur une production industrialisée au mépris de la nature et une qualité dramatiquement médiocre des matières premières et des conditions de vie des animaux s'érigent en victimes de la faillite d'un système de production qu'ils ont eux-même bâtis. Ils sollicitent par la violence l'Etat pour en réparer les effet alors qu'ils en ont récolté les bénéfices, et s'enfoncent dans des actions terroristes mettant en cause la responsabilité de l'Etat : la méthode de l'attaque physique contre le premier ministre rappelle étrangement le saccage du bureau de Dominique Voynet. Cette violence est opérée avec le consentement tacite des petits producteurs, qui bien souvent n'ont pas profité de l'industrialisation à outrance de la production agricole mais pâtissent en premier de la crise actuelle.

De l'autre, des chasseurs qui défilent en armes dans certaines villes de France (dont la majorité n'avaient pas vu de manifestation armée depuis la dernière guerre mondiale) pour lutter contre une loi visant timidement à limiter la raréfaction d'espèces menacées. Par une démonstration de force, ils entendent intimider les récentes avancées des droits des non-chasseurs, qu'il s'agisse de la suppression de la loi Verdeille ou de l'hypothétique journée sans chasse.

Ces manifestations n'ont d'autre objet que de défendre les intérêts minoritaires de corporations s'étant approprié pour leur seul profit le droit de mort sur une partie de l'héritage de l'humanité (spoliant plus que privatisant), et qui entendent le conserver par la violence quel qu'en soit le prix. On ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec les permis de polluer, la privatisation du génome humain ou les O.G.M. Que le diktat imposé soit celui de la brutalité, de la violence ou du capital, l'héritage biologique de l'humanité se voit en ce début de XXIème siècle mis à mal par des intérêts particuliers et risque même de ne pouvoir leur survivre sans heurt.

Spammer, ça coûte cher

Une étude sollicitée par la Communauté Européenne établit à 10 milliards d'euros par an le coût du spam. Les charges sont partagées entre les fournisseurs d'accès (qui voient leur bande passante occupée par les " pourriels ", et en facturent l'usage aux utilisateurs) et les utilisateurs eux-même, qui dépensent leur temps de connexion sur des messages non sollicités. L'étude ne valorise pas le temps perdu à lire ces messages non sollicités, ni l'énervement dépensé à y répondre en vain. Un vrai plaidoyer à légiférer rapidement sur le sujet.

Cette photo m'a fait arrêter de fumer

La National Drug Control Policy (ONDCP) américaine a présenté un scanner permettant de dresser une cartographie des zones du cerveau actives lors de la prise de substances psychotropes et dans les états de dépendance. Testé sur des primates, il a permis l'usage de médicaments bloquant le besoin en cocaïne.

Sauvegardons notre patrimoine musical

De même que le projet Gutenberg visant à archiver le savoir littéraire du domaine public, le projet Mutopia désire réunir les partitions de tous les compositeurs morts depuis plus de 70 ans. Chacun peut contribuer à ces deux utopies en envoyant des oeuvres saisies à l’aide d’un logiciel libre.

Soutenons les profs

Après l’énervement des professeurs d’économie dénonçant l’enseignement délétère et inadapté des sciences économiques en France, voilà que le ras-le-bol se transmet : de nombreuses voix s’élèvent parmi les enseignants du supérieur pour affirmer ne plus pouvoir mener à bien leur mission. A lire dans Libération.

Pour un Internet participatif

Mona Chollet, journaliste à Charlie Hebdo et à Périphéries, publie un ouvrage «Marchands et citoyens, la guerre de l'Internet», qui, au-delà des clichés à la petite semaine, revendique le rôle associative, militant et citoyen du réseau et réhabilite son rôle de contre-pouvoir.

Butinages

Photographié avant la marée noire Jessica (voir L’Internaute), un portrait des Galapagos par Enrique Angermeyer nous fait découvrir les ressources naturelles de ces formidables îles. Quand on n’a que ses yeux pour pleurer !

Vous aimez l’éducatif, visitez Education.com, le nouveau portail dédié à l’enseignement du groupe Havas, ou bien la bibliothèque éducative d’Internet Actu.

Vous préférez les sensations fortes : découvrez l’eXkate, une planche à roulette motorisée hautes performances. A lire sur Transfert.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT