19 juin 2001

Suite à la cessation d'activité de notre précédent serveur de liste, le Portail de Nicolas confie désormais ses gazettes à SplioList. Tous les courriels de l'ancienne liste ont été transféré à la nouvelle, retardant néanmoins la parution de ces brèves.

Mort d'un commis visionnaire

Père de l'engagement politique dans l'écologie, René Dumont nous laisse désormais orphelin. Nous retiendrons notamment la prise de conscience qu'il a su opérer sur les français par sa candidature aux élections présidentielles dès 1974, son discours pour le développement durable avant même ses fondements théoriques ainsi que l'imbrication sociale, éthique et politique du débat écologique. Après avoir consulté la Fondation René Dumont, on retiendra tout particulièrement l'hommage rendu par Alain Lipietz en 1996 auprès des Humains & Associés. La candidature de ce même Alain Lipietz aujourd'hui à la présidence des Verts, tout comme l'engagement de l'Union Européenne dans le développement durable, nous conforte sur la pérennité de ce courant de pensée. 

Délinquance: celle qui tue et ceux qu'on condamne

Cette fin de printemps, avec les week-ends prolongés qui annonce les vacances, voit l'apogée des terroristes de la route. Braves pères de famille en piéton, ceux-ci peuvent se transformer à la prise du volant en meurtriers. Leur mode d'action est simple: petite délinquance par le non-respect des limitations de vitesse, complicité en n’obligeant pas ses passagers à boucler leur ceinture de sécurité, ou pire encore, crime avec préméditation sous la forme de conduite en état d’ivresse. Contrairement aux pays anglo-saxons et nordiques,  la loi française et surtout sa mise en application restent étonnamment conciliants  avec ces meurtriers de pacotille, condamnant le responsable d’un accident de voiture meurtrier à une peine avec sursis alors que n’importe quel gosse de banlieue ayant tué passera au moins dix ans de sa vie en prison. 

Or, quelle est la cible prioritaire des députés en terme de sécurité? Les raveurs! Leur manière de faire la fête choque la France bien-pensante pour laquelle sécurité, haine de l'étranger et incompréhension de la différence sont intimement liées. Soutenu par Thierry Mariani, un amendement déposé le 16 avril dernier a semé le trouble en proposant l'interdiction des raves non déclarées, donc de toutes les raves, et la saisie du matériel. On lira sur ce deuxième sujet la chronique particulièrement documentée de NetIntelligenz.

N'ayant pas su dénoncer suffisamment tôt et fort ce populisme déplacé, la gauche se retrouve désormais à défendre une mesure bancale qui contribue à ostraciser les raveurs, alors même que la délinquance automobile, qui avec le tabac et l'alcool provoque la grande majorité des morts accidentelles, reste largement sous-pénalisée.
 

Nous sommes tous à Loft Story

Du 9 au 16 juin avait lieu, à l'initiative de Souriez, vous êtes filmés , une semaine contre la vidéosurveillance, soutenue par les plus grandes villes. Cette semaine a permis la prise de conscience des pratiques sécuritaires qui provoque la mise en scène par vidéosurveillance de la vie privée et son contrôle permanent et universel, tel un Loft Story planétaire qui conforte les volontés d'un contrôle social. Cette semaine a également montré qu'un autre modèle sécuritaire basé sur la relation de proximité et l'encouragement à la citoyenneté, obtient des résultats supérieurs en conciliant justice sociale et sécurité urbaine.

Épidémie de firmes affreuses: le complexe du yaourt

Alors que les effets du boycott d'une grande marque yaourtière sont désormais presque oubliés, cette firme s'obstine à poursuivre les auteurs des sites qui regroupaient la colère et le ressentiment suite aux événements sociaux ayant initié le boycott. Cet acharnement judiciaire remet en cause la liberté d'expression des journalistes et citoyens vis-à-vis des entités constituant une marque ou un nom déposé.

Conscient des effets néfastes que cet acharnement pourrait avoir sur les actionnaires et consommateurs, cette firme s'est achetée une bonne conscience en proposant de reverser ses dommages et intérêts à une association de lutte pour la liberté d'expression. Que n'a t'elle attendu pour effectuer ces dons humanitaires, alors même que la publication du jugement risque de provoquer sur le territoire français un coup fatal à la liberté d'expression face à une activité commerciale ? Qui pourrait se risquer à accepter un cadeau aussi empoisonné que le baiser mortel du bourreau ?

Heureusement, l'asile utopique veille et ose espérer que les citoyens sauront choisir entre leur liberté et leurs estomacs.

Butinages

Suite à l'échec de la conférence de La Haye, le protocole de Kyoto n'est toujours pas signé et rencontre une farouche opposition américaine. Un groupe d'étudiants suisse a donc choisi d'interpeller le président Bush sur le sujet par la signature d'une pétition internationale.

Le Forum des Droits de l'Internet est désormais en ligne et débat sur la médiation en ligne. A lire dans Transfert.

Kaycée Nicole est morte à 19 ans d'une leucémie le 14 mai, après avoir recueilli la sympathie des internautes à travers le monde qui suivaient jour après jour son journal intime. Sauf que, fille de l'imagination fébrile de sa mêre virtuelle, Kaycée n'a jamais existé. Une escroquerie aux beaux sentiments de papier, qui rappelle à point nommé en quoi le réel diffère du virtuel. A lire sur Transfert et RootNode.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT