06 novembre 2001

Edito : Le terrorisme de masse

En ces temps difficiles où le plan Vigie-Pirate nécessite une vigilance policière constante qui empiète parfois sur notre vie privée – comme le dénonce LSIJolie -  il est un terrorisme présent sur l’ensemble du territoire et qui reste impuni. A proximité immédiate des tunnels, des lieux et des modes de transport symboliques de notre société, il reste impuni. Ses auteurs sont légions, agissent sans concertation visible et sont dispersés sur tout le territoire.

Il s’agit, vous l’aurez deviné, de toutes celles et ceux qui fument dans les espaces ouverts au public et annoncés comme étant des espaces non-fumeurs: gares, stations de métro, mais également musées, théâtres, cinémas, restaurants. Police et Gendarmerie qui patrouillent et constatent à longueur de journée ces infractions, ne verbalisent pas ceux qui cassent la loi, comme nos amis anglais le disent si bien. SNCF, RATP et autres services de transport public, aéroports... se rendent complices de ce terrorisme en se contentant de diffuser des messages rappelant l’interdiction sans faire circuler d’employé ou de vigile faisant respecter cette mesure.

Les méfaits du tabagisme passif sont désormais connus et la consommation de tabac dans les lieux publics est une incivilité réputée à la cause de nombreux conflits entre voyageurs. Le préjudice est clairement établi, tant pour la victime que pour la puissance publique qui devra engager à minima des dépenses de santé supplémentaires. En l’attente de procès retentissants à l'américaine, il reste encore un remède au terrorisme du tabac: chaque fois que vous constatez qu’une personne est en train de fumer dans un lieu public non-fumeur, envoyez un courrier électronique au responsable de l’hygiène du site, avec copie au Ministère de la Santé, mentionnant lieu, date et heure, et déclarant vous être trouvé en situation de non-assistance à personne en danger. Un exemple typique de résistance citoyenne contre le terrorisme par des procédés non-violents.

11 septembre, que sait-on vraiment ?

Nous avons tous en mémoire les photographies de l’horrible attaque contre les Twin Towers le 11 septembre. Par contre, les clichés concernant l’attaque le même jour contre le Pentagone sont restés extrêmement discrets, tout comme les détails de la catastrophe et les dégâts réalisés. Serait-on face à un cas de désinformation ? A lire en accès gratuit sur le site du Réseau Voltaire.

Que connaît-on également des preuves formelles de la culpabilité d’Oussama Ben Laden, communiquées aux alliés par Georges W. Bush et à l’origine du conflit afghan. Peu de choses, selon Alan M. Dershowitz, professeur de droit à Harvard, qui s’interroge dans le Los Angeles Times du 4 octobre (Make the Case Against Bin Laden). Peut-être pourra t’on mieux cerner le conflit à la lueur de l’édito de Cyberscopie, magazine géopolitique.

Le sens de la ville

New-York, Toulouse… Au vu des événements récents, le sénateur René Trégouet s’interroge sur le sens et l’avenir de la ville.

L’histoire a fabriqué les villes comme des lieux protégés derrières de lourds remparts. L’apparition de la fonction accélératrice urbaine a fait tomber ces remparts et créé le sentiment d’insécurité renforcé par les petits délits et l’accroissement des zones urbaines. L’essor de la société de service permet une nomadisation des emplois et réduit fortement la nécessité de concentration autour des axes de transport de marchandises et de personnes.

Dans le même temps, les tranches les plus aisées de la population effectuent une migration vers le sud et les petites agglomération. Le monde rural ne constitue néanmoins pas une alternative totalement crédible, ce qui renforce la nécessité de repenser la ville comme lieu de vie en communauté et de se transformer en baron Haussmann du XXIème siècle.

A lire sur http://Trégouet.org

Toulouse, une ville abîmée pas par hasard

L’incident de Toulouse ne doit rien à la fatalité. Accident ou Attentat, il dénote une proximité abusive entre différents centre de productions réputés dangereux ainsi qu’une profonde irresponsabilité de Total dans la gestion de la crise. Comment expliquer autrement le fait qu’une entreprise dont une usine provoque des dégâts irrémédiables à l’environnement par deux fois en deux ans (Erika et Toulouse) laisse le ministère public assumer à sa place les responsabilités de remise en état, ne participe que très symboliquement aux frais de reconstructions et essaye de se séparer en douce du résidu polluant. Nous lirons donc avec beaucoup d’attention la proposition de résolution n° 3304 déposée à l’Assemblée Nationale française par M. Philippe de Villiers tendant à la création d'une commission d'enquête sur les causes et les conditions exactes de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse, tout comme le papier sur la désinformation médiatique proposé par Confidentiel.

Cette explosion modifiera sans aucun doute, d’une part notre compréhension citoyenne de la responsabilité sociale des entreprises, d’autre part les règles de l’urbanisme urbain. Le Point revient à travers un article de fond sur les évolutions à attendre.

L’Erika, un bateau sans permis

Alors que nous avions dans nos brèves émis dès le 22 février les plus expresses réserves quant à la nature de la cargaison de l’Erika, la Tribune croit désormais savoir que ce navire ne possédait plus au moment des faits l’agrément pour naviguer. Nous cacherait-on quelque chose ?

Drogue au volant, danger

Une étude effectuée dans l’hôpital de Bondy en 1996, bien que difficilement exploitables – un grand nombre de drogues sont présentes dans les urines pus de 3 semaines après la prise – révélait que sur 63 jeunes , entre 18 et 34 ans, ils avaient découvert des traces de cannabis dans 36% des cas, de cocaïne dans 12% des cas, de divers opiacés dans 8% des cas. A lire au vu des dernières dispositions législatives sur le Quotidien du Médecin  ou sur le site du Sénat.

Gestion du stress du travail

Le Bureau international du Travail vient de publier son "Rapport sur la santé mentale au travail en Allemagne, aux États-Unis, en Finlande, en Pologne et au Royaume-Uni". A consulter d’urgence. Où l’on lit que le coût du stress professionnel augmente, tout comme la fréquence et la gravité des dépressions. Etonnant, non ? On se consolera facilement en lisant N’obéissez plus, ouvrage de management de l’année 2001, qui traite des relations professionnelles.

Touche pas à mes mails

Un arrêt de la Cour de Cassation française a décidé, le 2 octobre, qu'une entreprise ne peut "prendre connaissance des messages personnels émis par le salarié et reçus par lui grâce à un outil informatique mis à sa disposition pour son travail même au cas où l'employeur aurait interdit une utilisation non professionnelle de l'ordinateur." Cela vient renforcer les lois protégeant la correspondance privée et la primauté du citoyen sur l’employé. Un forum et la décision de la Cour de Cassation sont disponibles sur le site du Forum des Droits sur l'Internet.

Délateurs récompensés

C'est le moment de se mettre à la délation : l'édition 2001 des Big Brother Awards France est à la recherche de ses candidats. Peut être nominée à un Big Brother Award, toute institution ou personne, physique ou morale, s'étant distinguée par son mépris du droit fondamental à la protection de la sphère privée ou par sa promotion de la surveillance et du contrôle de personnes ou groupes de personnes. Les candidatures peuvent être présentées ou dénoncées sur http://www.bigbrotherawards.eu.org/.

Portail de l’investissement éthique

Un investissement boursier est pour vous différent d’une manœuvre spéculative et s’inscrit dans le développement durable ? Novethic va savoir vous combler, en analysant l’actualité économique sous l’angle de l'éthique et de la solidarité.

Butinages

Le roman d’anticipation sociale, depuis Orwell jusqu’à Houellebecq, remporte un succès de plus en plus marqué. Fluctuat revient, dans une nouvelle rubrique, sur deux auteurs représentatifs de ce courant, James Ballard et Bret Easton Ellis.

A quoi ressemblait l’Afghanistan avant le conflit ? Vaste question, à laquelle tente de répondre le photographe Luke Powell.

Envie utopique d’un Etat Social Européen pour le développement durable. Relisons donc « Le mythe de la mondialisation et l'État social  européen », conférence de Pierre Bourdieu (1996).


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT