22 juillet 2003

Que se passe t’il au Venezuela ?

Le Venezuela serait-il un laboratoire de prise d’otage de la démocratie par les intérêts particuliers ? Le Portail avait par le passé couvert cette grève générale déclenchée par les patrons contre la volonté populaire, soutenue par les Etats-Unis et qui avait fait l’objet d’une campagne de désinformation internationale (voir nos brèves du 15 janvier).

Début juillet, une télévision, Catia Tve, a été censurée à Caracas : ce media est l’une des principales télévisions communautaires du pays, fermée par le maire du District Fédéral de Caracas et ex-journaliste Alfredo Peña, farouche opposant à Hugo Chavez. Dans un pays où la grande majorité des chaînes sont commerciales et appartiennent à un même conglomérat sous contrôle américain, cet arrêt prive le peuple de s’exprimer et accentue la tension sur les media populaires.

La télévision Catia Tve émettant légalement sous le contrôle des autorités de régulation vénézueliennes élues et a été réduite au silence dans l’indifférence médiatique. Reporters sans Frontières persiste tout comme dans le cas de Cuba à dénoncer le gouvernement Chavez régulièrement élu et à ignorer les dénigrements médiatiques et intimidations exercées sur ceux qui veulent légitiment comprendre la situation du pays et la tentative de putsch médiatique en cours.

C’est pourquoi nous vous conseillons d’écrire à Alfredo Peña pour s’inquiéter de cette situation.
Plus d’informations sont disponibles en espagnol sur le site Aporrea.org. On pourra également lire Terre d’Escale pour mieux comprendre (en français) le contexte.

Intermittents : le mensonge médiatisé

Nous avons tous constaté en juillet la détresse des intermittents du spectacle et les annulations de festivals sans précédent qui en ont résulté. Nous avons tous vu notre Premier Ministre s’employer dans un effet d’annoncer pour sauver les festivals alors qu’il eut suffit de ne pas soutenir le MEDEF dans sa tentative de déstabilisation de la créativité et de l’art pour arriver au même résultat. Mais avons-nous connu la vérité sur les chiffres ?

Nous croyons tous que le régime d’assurance chômage de l’Unedic est fortement déficitaire. C’est faux : en effet, les caisses du spectacle (intermittents et permanents) dégagent un bénéfice de 37 millions de francs. Cette distinction entre cotisations des intermittents et des permanents – ce qui n’est fait dans aucune autre industrie – est une déstabilisation manipulant les chiffres pour des motifs idéologiques.

On nous a expliqué que la réforme proposée avait été établie paritairement et était la seule solution possible. C’est également faux : en 2003, la profession s’est entendue pour proposer au MEDEF un projet de réforme, les accords Fesac.

Ce projet a été refusé par le MEDEF qui a signé avec trois organisation syndicales minoritaires des accords qui défendent les intérêts des sociétés de production – ceux qui abusent du système en privatisant le fruit du service public, de la redevance et de la solidarité – tout en précarisant la créativité artistique du pays. Ce mécanisme interdit à l’artiste de vivre de son art et ainsi met sur un marché de l’intérim déjà saturé des précaires qu’il ne pourra absorber, selon la règle du moins-disant social.

On trouvera sur les contre-vérités relayés par la presse un excellent article depuis le site ACRIMED.

Il est néanmoins encore temps d’agir, car selon le code du travail, « toutes personnes intéressées sont priées, conformément aux articles L.133-14 et R. 133-1 du code du travail, de faire connaître leurs observations et avis au sujet de l'agrément envisagé. »

Nous vous encourageons donc à écrire à la :

Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle
7, square Max-Hymans
75015 Paris
Télécopie 01 44 38 34 03
Courriel dgefp.mfne@travail.gouv.fr

Vous pouvez pour cela utiliser les modèles de lettre disponible sur le site Intermittents en Danger.

La culture de l'ingénieur informaticien

Sa platitude vous avait passionné ? Michel, ingénieur informaticien, sort désormais son Best Of en CD. Même le MEDEF ne résistera pas à une écoute en boucle. A lire sur Transfert.

Dénigrer Cuba

L’approche de l’été a vu une excitation médiatique sans précédent pour dénoncer la situation cubaine, dont les excès et le format rappellent étrangement la campagne de propagande lancée en août passé à l'encontre de l'Irak. Le Grand Soir nous explique par le détail qu’il s’agit d’une campagne déclenchée par le Congrès avec le soutien des entreprises américaines.

Philip Agee, ancien agent de la CIA, revient pour le Grand Soir sur les activités de son ancien employeur.

Élément clé de cette campagne de dénigrement, l'association Reporters Sans Frontières fait l’objet d’une demande de suspension pour une période d'un an du Comité des Organisations Non Gouvernementales, organe de l’ONU. On lira l’acte de défense sur leur site ainsi que la position de Cuba Solidarité Projet.

Des armes de destruction massive trouvées en Irak

Comme le Note Thomas Frank sur Common Dreams, des centaines voire des milliers de civil iraquiens ont été tués ou blessés ces dernières semaines par des munitions américaines abandonnées sans le terrain, d’autres mourront probablement par suite des irradiations.

La politique des Etats-Unis sape la Cour Pénale Internationale

Selon la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, il est nécessaire d’arrêter immédiatement le travail de sape entrepris par les Etats-Unis à l’encontre de la CPI. En effet, Washington qui a supprimé l’aide militaire à 35 pays engagés dans le soutien à la CPI fait pression sur les pays refusant de signer un accord d’immunité. Ce chantage discrédite la notion d’Etat de Droit. A lire dans Le Monde.

Et démantèle l'agriculture mexicaine

L’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) est rentré très vite dans le quotidien des petits producteurs mexicains de maïs. Devant faire face à un afflux massif de maïs américain subventionné, ceux-ci déjà en situation précaire s’exilent en masse pour gonfler la misère des villes mexicaines et vendent leurs terres. A lire dans Le Grand Soir.

On solde la Patagonie

Indy Media signale que l’Etat argentin songerait à payer sa dette aux créanciers en leur cédant la Patagonie, connue pour son pétrole et son eau douce.

José Bové en prison, les saccageurs du Ministère courent toujours

José Bové est incarcéré jusqu’à la fin de cette année, avec une grâce présidentielle confirmant sa condamnation à un acte réputé de délinquance. Dans le même temps, les auteurs du saccage du Ministère de l’environnement en Février 1999 courent toujours au mépris de l’ordre républicain.

Tapie, le Crédit Lyonnais et Adidas

Dans notre édition du 7 septembre 1999, nous évoquions déjà la thèse d’une mise en faillite abusive de Bernard Tapie par le Crédit Lyonnais. Début juillet, la Cour de cassation a confirmé l'absence de sanctions commerciales contre Bernard Tapie et restauré son égibilité.

Il reste désormais à jouer deux manches. La première sera sa banqueroute pour lequel le Consortium de réalisation (organisme public qui a hérité des litiges du Crédit Lyonnais) risque d’être retenu complice et donc redevable de l’ensemble de la faillite de Bernard Tapie, soit 1 milliard de francs. La seconde met en scène Jean Peyrelevade, président du Crédit Lyonnais au moment du « portage » supposé d’Adidas par le Crédit Lyonnais. Libération aurait trouvé divers documents confidentiels attestant de ce portage qui n’a jamais encore été officiellement démontré et donc la véracité rendrait non avérée la faillite du Crédit Lyonnais, l’État ayant alors obligation de réparer les éventuelles fautes des dirigeants du Lyonnais de l’époque.

Butinages

Envie d’un email pour un jour, une semaine… et pas plus : c’est possible sur Jetable.org.

Cet été sur la plage, on ne sort pas sans Politis et le Bloc-Note de Bernard Langlois. On lira également l’article de Bernard Cassen, « comment arnaquer le petit peuple et lui faire croire que c’est dans son intérêt ». De quoi revenir en forme à la rentrée.

Et, parce qu’il faut bien réfléchir, on se laissera aller au Vacarme.

Sur ce, nous vous souhaitons de bonnes vacances.

Le Portail se met également en vacances et reviendra début septembre, avec quelques nouveautés:

la politique française rejoindra Raffarinades.net,

les brèves se concentrant sur leur éclectisme premier.

Pour être abonné à Raffarinades.net, il est nécessaire de s’inscrire ICI.

La diffusion de cette Brèves du Portail dans le cadre d'une correspondance privée ou associative est libre sous réserve de reproduction intégrale du présent document et de mention de la source (Le Portail de Nicolas - http://www.zecite.org).


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email
abonnement désabonnement


Nicolas IMBERT