23 mars 2010

Retrouvez-nous sur Twitter : http://twitter.com/technoscopie

Vous aimez Technoscopie ? Proposez à vos amis de rejoindre sa liste de diffusion en s'abonnant sur http://www.technoscopie.info.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email

abonnement désabonnement

Depuis mars 2010, vous pouvez suivre Technoscopie sur http://www.technoscopie.info et sur mobile sur http://m.technoscopie.info


Produire la biomasse à la seule force du soleil

Le soleil est intense dans le Colorado. Suffisamment pour permettre à Sundrop Fuels, une jeune pousse de Louisville, de l’utiliser pour gazéifier la biomasse et produire un carburant de synthèse utilisable dans les moteurs thermiques. Leur système utilise une tour comportant un four et une tour gazogène, reliés par des tubes en céramique. Le mode de fonctionnement retenu, générant une température de 1200 à 1300 °C, accepte tous les types de biomasse et permet la génération d’un gaz de grande qualité. Sa principale limite réside dans le fait que la forte température génère la combustion non souhaitée de 20 à 30% de la biomasse introduite dans le four.

2010 devrait être pour Sundrop l’installation de la première implantation commerciale, couplée à une raffinerie générant 30 millions de litres de carburant par an.

Pour en savoir plus :

Quand les panneaux solaires suivent la course du soleil

Voilà une innovation qui fait déjà beaucoup parler d’elle : Sequanie vient de gagner le Trophée Inovia 2009 pour la mise au point d’un support de panneau solaire miniaturisé, qui permet de suivre la course du soleil. L’entreprise, située à Besançon, voit un potentiel de développement important pour les bâtiments industriels, tertiaires et commerciaux munis de toits plats, qui peuvent ainsi augmenter de 30% la productivité des panneaux, et est notamment très efficace dans les zones nord où l’ensoleillement est plus rare et plus faible.

Pour en savoir plus :

L’éolienne à axe vertical émerge au Royaume-Uni

Un projet d’envergure devrait bientôt changer drastiquement le paysage des côtes britanniques, en généralisant les éoliennes offshore à axe vertical. Nova, puisque tel est le nom du projet, prend la forme d’un immense V muni de fouets de cuisine, et permet une forte génération d’électricité sur un espace relativement faible, et pour un coût très compétitif par rapport aux éoliennes traditionnelle. 200 unités de 5 MW chacune devraient être construites entre 2015 et 2020, dans le cadre de ce projet de l’Energy Technology Initiative (ETI), auquel collabore notamment l’Université de Cranfield.

Pour en savoir plus :

Le catamaran solaire change de dimension

Nous n’avons pas fini d’en entendre parler. A l’issue d’un beau projet de collaboration international, PlanetSolR, le plus grand bateau solaire du monde, vient de prendre la mer. Ce bateau de 31 mètres par 15 accueille 50 passagers à la vitesse de croisière de 15 nœuds. Il est muni pour cela de 500 m2 de panneaux solaires.

Après être la vedette des cérémonies de l’anniversaire du Port de Hambourg en mai, ce bateau effectuera un tour du monde en équipage et en autonomie avec une vitesse moyenne réduite à 20 nœuds. Le multicoque, qui porte pavillon suisse, est soutenu par différents investisseurs publics et privés, et a également fait appel à plus de 100 personnes, via une organisation projet résolument mondiale.

Pour en savoir plus :

Un vélo solidaire et éco-conçu

Concevoir en Afrique un vélo valorisant des matières locales et faiblement émettrices de gaz à effet de serre, qui plus est de manière solidaire. C’est le pari tenté par deux sociétés, Calfee au Ghana et Zambikes en Zambie, qui développement des vélos en bambou.

L’idée est née en 2005 chez Craig Calfee, designer américain de vélos et passionné de l’Afrique, qui a souhaité dès le départ faire fabriquer ses vélos en Afrique : la production génère de nombreux emplois localement à Accra et permet en plus un excellent bilan carbone. La technologie du bambou permet sans artifices mécaniques des capacités d’absorption hors du commun.

Zambikes a diversifié le concept, notamment avec de nombreux vélos spécifiquement adaptés pour se rendre au marché, transporter les blessés ou accompagner les artisans, et créer du lien social.

Pour en savoir plus :

Butinages

Et, dans la vraie vie, un livre


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email

abonnement désabonnement



Nicolas IMBERT - Diffusion du document autorisée sous réserve expresse que la source http://www.technoscopie.info soit mentionnée et que chaque brève soit reproduite dans son intégralité.