22 mai 2010

Retrouvez-nous sur Twitter : http://twitter.com/technoscopie

Vous aimez Technoscopie ? Proposez à vos amis de rejoindre sa liste de diffusion en s'abonnant sur http://www.technoscopie.info.


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email

abonnement désabonnement

Depuis mars 2010, vous pouvez suivre Technoscopie sur http://www.technoscopie.info et sur mobile sur http://m.technoscopie.info


Toulouse valorise l’énergie de ses passants

Alexandre Marciel, adjoint au maire de Toulouse chargé du développement durable, n’est pas peu fier : sa ville vient d’expérimenter un trottoir qui produit de l’électricité à partir des déplacements des passants. Cette électricité pourra être utilisée par exemple pour l’éclairage public, autre domaine où Toulouse est novateur avec des lampadaires réagissant à la présence urbaine pour moduler l’éclairage.

Conçus par l’inventeur néerlandais Jaap Van der Braak, qui s’était déjà illustré par une dalle récupérant l’énergie d’une boite de nuit, ces dalles d’une puissance de 30 watts chacune permettent de fournir une énergie d’appoint intéressante. Si le test, qui doit durer jusqu’à l’été, s’avère probant, le concept sera généralisé.

Pour en savoir plus :

Bio-mimétisme : un panneau photovoltaïque à la myrtille

Le pôle photovoltaïque de l’université de Tor Vergata, à Rome, cherche depuis quelques années à utiliser l’anthocyanine (le composé photosensible des myrtilles) pour produire de l’électricité dans des panneaux solaires, en lieu et place du silicium. Cette technologie vient de franchir une nouvelle étape, avec la création de la société Cyanine qui désire commercialiser les panneaux solaires.

Cette technologie est doublement intéressante : d’un point de vue économique, elle peut permettre de rendre rapidement beaucoup moins cher le panneau photovoltaïque, et d’un point de vue environnemental elle peut considérablement limiter son empreinte carbone, sous réserve d’une production raisonnée des myrtilles.

Par ailleurs, cette technologie solaire, optimisée par la nature, semble plus à même de capturer l’énergie solaire par divers types de conditions atmosphériques que le silicium qui réclame un éclairage dire et intense. De plus, elle garde une productivité constante quelle que soit la température, et notamment peut être installé à relativement haute température.

Pour en savoir plus :

Réfrigérer grâce au soleil, c’est efficace

2IDEA est une très belle aventure. De son nom complet Société d’Investissement pour l’Innovation et le Développement Equitable, cette société créée en 2005 par des chercheurs a mis au point un procédé efficace qui utilise directement l’énergie solaire pour produire du froid, et ce par une réaction thermochimique solide-gaz, alimentée par des panneaux solaires thermiques.

Le procédé s’exporte bien, puisque la société répond actuellement à des commandes à l’international (95% du chiffre d’affaires), notamment au Liban et au Nigeria. Elle a également développé sur le même procédé un bio-climatiseur destiné aux centres de soin et autres activités où le froid est essentiel, avec un excellent bilan énergétique, et sans besoin d’énergie électrique extérieure ni de batterie.

Pour en savoir plus :

Bloom Energy : buzz ou technologie d’avenir ?

Selon les uns, Bloom Energy serait la start-up de l’année en termes d’efficacité énergétique. La liste de ses ambassadeurs impressionne : Wallmart, Fedex, Google, eBay, mais également le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger et le général Colin Powell. Bloom Energy produit une pile à combustible compact, qui utilise le silicium présent dans le sable pour catalyser une production d’énergie par une réaction entre oxygène et éthanol, avec une empreinte carbone théoriquement réduite, et une puissance de 100 kW. De plus, cette technologie de rupture pourrait permettre de rendre chaque bassin de consommation autonome et mature dans ses choix en lui permettant de produire à la demande et à proximité l’énergie dont il à besoin, et le cas échéant de commercialiser le surplus.

Pour les autres, ces piles à combustibles resteront longtemps à des coûts prohibitifs et risquent de se heurter à de nombreuses difficultés lors de l’industrialisation de la solution, pour une empreinte environnementale qui risquerait de se maintenir plus haut que prévu.

Nous croyons personnellement que l’engouement suscité autour de Bloom montre tout le potentiel des solutions de production d’énergie de proximité, couplés à une logique de maîtrise de la production et des émissions. La vision de l’Etat de Californie comme celle des ambassadeurs officiels américain montre bien le récent virage identifié aux Etats-Unis pour privilégier cette production locale et cette responsabilisation individuelle du consommateur, qui malheureusement n’existe que de manière très parcellaire encore en France.

Pour en savoir plus :

Butinages

Et, dans la vraie vie, des livres


S'abonner pour recevoir les brèves: entrer ici votre email

abonnement désabonnement



Nicolas IMBERT - Diffusion du document autorisée sous réserve expresse que la source http://www.technoscopie.info soit mentionnée et que chaque brève soit reproduite dans son intégralité.